CTA
Petite police
Polic moyenne
Grande police
English |
Passer à l'anglais
Français
Passer au français
Filtrer par Questions agricoles
Produits de base
Régions
Type de publication
Filtrer par date

La Tanzanie se tourne vers les marchés étrangers pour écouler son excédent de maïs

23 novembre 2014

D'après certains articles de presse parus fin août 2014, le gouvernement de la Tanzanie envisage d'exporter son excédent de maïs vers les marchés du Moyen-Orient et d’Extrême-Orient. D'après Godfrey Zambi, le ministre adjoint de l'agriculture, de la sécurité alimentaire et des coopératives, « les pays d'Extrême-Orient ont cruellement besoin de maïs ».

La Tanzanie aurait produit « plus de 7 millions de tonnes de maïs cette saison », la National Food Reserve Agency (NFRA) ayant reçu l'ordre de « n'acheter que 200 000 tonnes de maïs auprès des agriculteurs durant cette saison ». M. Zambi « a averti les agriculteurs (...) que la NFRA ne faisait pas des affaires » et achetait uniquement du maïs pour le stocker « comme une sécurité en cas de catastrophes ».

La situation du marché mondial du maïs est loin d'être favorable à ce que la Tanzanie se lance dans la vente de maïs vers les marchés du Moyen-Orient ou d'Extrême-Orient. À la fin août 2014, « l'International Grains Council a revu à la hausse ses prévisions concernant les stocks mondiaux de maïs pour atteindre un record sur 27 ans », de 190 millions de tonnes, soit une augmentation de 17 millions de tonnes par rapport à l'année précédente. Les prix du maïs ont alors chuté au niveau le plus bas de ces quatre dernières années. D'après le site web Indexmundi.com, les prix mensuels moyens du maïs ont reculé de 21 % entre avril 2014 et août 2014 (soit des prix inférieurs de 25 % aux prix en vigueur en août 2013, et de 47 % aux prix d'août 2012).

C'est dans ce contexte qu'à la fin août un éditorial dans le Daily News de Tanzanie s'interrogeait sur la latitude laissée aux agences des NU telles que le Programme alimentaire mondial (PAM) pour acheter l'excédent de maïs tanzanien à destination du Soudan du Sud ravagé par la guerre et d'autres régions à déficit vivrier. L'éditorial suggérait que ces achats par le PAM en Tanzanie pourraient se faire par le bais des pratiques d'achat « que le PAM avait utilisées auprès des coopératives d'agriculteurs locaux en Éthiopie ».

À l’intérieur de la Tanzanie, le maïs est transféré des régions excédentaires vers les régions déficitaires (du sud des Highlands vers le centre et le nord du pays), ce qui contribue à stabiliser le prix des denrées de base. Dans la plupart des régions du pays, les prix connaissent des baisses saisonnières normales, même si, dans les zones intérieures frontalières, des prix plus élevés sont maintenus en raison des mouvements transfrontaliers officiels et non officiels de maïs (pour des détails sur les problèmes structurels auxquels font face les exportations régionales de maïs de la Tanzanie, voir article Agritrade «  En Tanzanie, relier les zones excédentaires aux marchés constitue un défi », 3 novembre 2014).

Commentaire éditorial

On peut faire valoir que de bonnes liaisons en termes d’infrastructure et la centralisation des capacités logistiques pourraient rendre les exportations de maïs au-delà des océans plus simples que le commerce intra-régional. Mais la réalité est que les stocks internationaux et les évolutions de prix sont loin d'être favorables à l'entrée d'un nouvel acteur tel que la Tanzanie dans le commerce de maïs. Par ailleurs, on ne sait pas s'il y a une demande réelle de maïs blanc tanzanien sur les marchés d'Extrême-Orient et du Moyen-Orient.

L'Afrique du Sud, le plus grand exportateur de maïs d'Afrique, est bien établi sur les marchés d'Extrême-Orient – au cours de la saison 2014/15, Taïwan, le Japon et la Corée du Sud ont absorbé quelque 838 170 tonnes de maïs, soit 65,6 % des exportations totales de maïs de l'Afrique du Sud jusqu'à la mi-septembre 2014.

Toutefois, ces exportations de maïs vers les marchés d'Extrême-Orient concernaient quasi exclusivement du maïs jaune, et seul un faible volume de maïs blanc a été exporté vers l'Extrême-Orient (2 188 tonnes vers la Corée du Nord, soit 0,26 % du volume des exportations de maïs jaune).

Dans ce contexte, nul ne sait si des marchés lucratifs pourront être trouvés en Extrême-Orient pour les exportations de maïs blanc de la Tanzanie. Ceci suggère que la grande priorité pour les exportateurs de maïs blanc de la Tanzanie doit être de relever les défis de l'approvisionnement des marchés régionaux en Afrique de l'Est et centrale : jusqu'en septembre 2014, pas moins de 99 % des exportations de maïs blanc d'Afrique du Sud étaient destinées aux marchés d'Afrique subsaharienne. 

Commenter

Termes et conditions