CTA
Petite police
Polic moyenne
Grande police
English |
Passer à l'anglais
Français
Passer au français
Filtrer par Questions agricoles
Produits de base
Régions
Type de publication
Filtrer par date

Quelles sont les perspectives d’utilisation de l’isoglucose dans l’UE après l’abolition des quotas de production ?

08 décembre 2013

Le système européen de quotas sucriers actuellement « limite la production d’isoglucose à 5 % [670 000 tonnes] du quota sucrier total de l’UE ». Cependant, à compter d’octobre 2017, ces restrictions des quotas de production seront levées. Cela soulève la question de l’abandon éventuel du sucre par les plus grands utilisateurs européens au profit de l’isoglucose. D’après Jamie Fortescue, directeur général de l’Association des amidonniers et féculiers, la production d’isoglucose (ou de sirop de maïs riche en fructose, HFCS, comme on l’appelle aux États-Unis) « pourrait être multipliée par quatre à plus long terme », absorbant environ 20 % du marché européen pour les édulcorants. Ce niveau prévu d’utilisation de l’isoglucose dans l’UE est équivalent à celui du Japon, mais représente seulement 40 % du niveau de pénétration du marché réalisé par le HFCS aux États-Unis.

M. Fortescue a reconnu qu’il est « difficile » de prévoir la demande future d’isoglucose, « puisque l’acceptation de l’ingrédient par les consommateurs et la volonté des fabricants d’abandonner le sucre sont toujours inconnues ». En outre, les amidonniers « ne sont pas en position d’augmenter la production rapidement », des investissements devant être réalisés dans des usines nouvelles et existantes pour satisfaire la demande.

Ces investissements dépendront du développement de la demande. Actuellement, les secteurs des boissons gazeuses et des crèmes glacées semblent être intéressés par l’isoglucose, et, potentiellement, toute une série d’autres produits alimentaires, tels que les produits de boulangerie, les confitures et les ketchups, pourraient l’utiliser. M. Fortescue affirme que, « parce que l’isoglucose est un liquide, il est bien mieux adapté à un produit liquide », pour lequel il présente certains avantages techniques. Il reconnaît également que l’adoption de l’isoglucose par les utilisateurs industriels dépendra fortement des prix relatifs du sucre et des céréales.

L’économiste en chef de l’OIS, Sergey Gudoshnikov, a commenté que, « si l’isoglucose remplace le sucre sur le marché intérieur (UE), les excédents sucriers pourraient être proposés sur le marché international ». 

Commentaire éditorial

Après l’abolition des quotas de production de sucre et d’isoglucose, la mesure dans laquelle la production d’isoglucose augmentera sa part sur le marché des édulcorants de l’UE aura une importance capitale pour les exportateurs de sucre brut ACP. Depuis l’introduction des réformes du secteur sucrier, plusieurs exportateurs ACP ont choisi de ne plus approvisionner les raffineurs traditionnels de sucre de canne et de se tourner vers les nouveaux « co-raffineurs ».

Cependant, certains s’interrogent sur l’engagement à long terme des nouveaux co-raffineurs vis-à-vis du raffinage des sucres bruts ACP. Dans le contexte des quotas de production, il est judicieux d’importer du sucre brut ACP à des fins de co-raffinage parallèlement aux activités de transformation de la betterave, puisque cela permet aux entreprises concernées de développer leur production de sucre, malgré l’existence de quotas de production de sucre liés à la betterave. Cependant, lorsque les quotas de production de betterave sucrière seront abolis, ces mêmes entreprises pourraient avoir davantage intérêt à transformer un volume plus important de leur propre production de betterave, en particulier si elles sont situées dans des régions de production de betterave à faible coût.

Cela pourrait alors faire passer au second plan le raffinage de sucre de canne brut – dont la situation pourrait encore s’aggraver si la demande globale de sucre dans l’UE décline du fait de l’emploi croissant de l’isoglucose par les utilisateurs industriels de sucre. La multiplication par quatre de l’utilisation de l’isoglucose dans l’UE à long terme pourrait annihiler une demande de près de 2 millions de tonnes de sucre sur le marché de l’UE. Ce volume est supérieur au volume total des exportations de sucre ACP vers l’UE en 2011/12.

Un tel développement sera cependant influencé par les prix relatifs des céréales et du sucre sur le marché mondial. En outre, l’extrême volatilité des prix au cours des prochaines années pourrait bien réduire les incitatifs à l’investissement dans l’augmentation de la production d’isoglucose, étant donné la plus grande flexibilité offerte aux producteurs et raffineurs pour répondre à la volatilité des prix.

Commenter

Termes et conditions