CTA
Petite police
Polic moyenne
Grande police
English |
Passer à l'anglais
Français
Passer au français
Filtrer par Questions pêche
Régions
Type de publication
Filtrer par date

Le Ghana et les Seychelles vont coopérer pour stimuler les exportations de thon vers l'UE

21 juillet 2014

Les Seychelles et le Ghana ont signé un accord administratif pour stimuler leurs exportations de thon vers le marché de l'UE. L'accord prévoit la possibilité pour chaque pays d’acheter du poisson de l'autre pays pour ses exportations en franchise de droits vers l'Europe. 

Le Ministre seychellois des Affaires étrangères a expliqué que le thon connaît ses pics à différents moments de l'année dans les deux pays; lorsque c'est la basse saison pour les captures de thon aux Seychelles, le pays sera en mesure de compléter son stock avec de la matière première provenant du Ghana pour répondre à la demande de l'UE, et vice versa pour le Ghana.

Le Ministre ghanéen des Affaires étrangères et de l'Intégration régionale a mis en évidence que le Ghana et les Seychelles ont le même système de traçabilité qui « permet d'identifier de quel navire un lot spécifique est originaire » et les mêmes normes sanitaires et phytosanitaires (SPS): « donc vraiment cet accord est bénéfique pour les deux parties, étant donné que toutes les exigences techniques sont déjà en place », a-t-elle déclaré.

La seule conserverie de thon des Seychelles, Indian Ocean Tuna Ltd, l'une des plus grandes conserveries de thon au monde, produit déjà en moyenne 1,5 millions de boîtes de thon par jour. Elle est détenue à 40 % par le gouvernement des Seychelles et à 60 % par MW Brands, la plus grande société de conserves de thon de l’UE (elle-même détenue par Thai Union Frozen products). MW Brands possède également les plus grandes conserveries du Ghana (Pioneer Food Cannery), qui produit en moyenne 800 000 boîtes de thon et 20 tonnes de longes de thon par jour.

MW Brands exploite huit senneurs au Ghana, qui couvrent jusqu'à 60 % des besoins en matières premières du Ghana. Ces senneurs sont en partie sous pavillon du Ghana et en partie sous pavillon d'autres pays, y compris Belize. Plus tôt en mars, la CE a mis Belize sur liste noire pour manque de coopération dans la lutte contre la pêche illicite, non réglementée et non déclarée (INN) et a donné un « carton jaune » au Ghana. Des préoccupations avaient été exprimées quant au sort des trois senneurs de MW Brands battant pavillon de Belize. À l'époque, Thai Union Frozen products avait informé que MW Brands allait chercher à repavillonner ses navires vers un autre pays en raison des sanctions de l'UE. Pendant ce temps, aux Seychelles, le thon est fourni par une flotte moderne de senneurs français et espagnols (pêchant en vertu d'un accord de partenariat de pêche durable et sous pavillon Seychellois).

Les Seychelles et le Ghana ont également signé une convention pour éviter la double imposition, qui vise à renforcer les échanges commerciaux entre les deux pays africains. Suivant les termes de cette convention, les entreprises n’auront pas à payer des impôts dans les deux pays sur leurs produits importés.

Commentaire éditorial

Les pays ACP devront répondre à diverses exigences non tarifaires – telles que les normes SPS ou de traçabilité – avant de pouvoir l’un l’autre « compléter » leurs stocks de poisson afin d'optimiser leur accès au marché de l'UE. Cela signifie que la coopération technique doit être établie pour assurer la compatibilité des systèmes de traçabilité des pays impliqués. Cela facilitera un bon échange d'information, comme dans le cas du Ghana – Seychelles, où les deux pays ont le même système de traçabilité. En outre, la pêche INN doit être traitée par des pays qui peuvent potentiellement coopérer. Si l’approvisionnement en poissons d’un des partenaires vient d'un pays qui est sur la liste noire (comme cela s'est produit pour les navires battant pavillon de Belize, fournissant une conserverie ghanéenne), ces poissons ne peuvent servir à compléter les stocks de matière première d'un autre pays destinés à l'exportation sur le marché de l'UE.

Commenter

Termes et conditions