CTA
Petite police
Polic moyenne
Grande police
English |
Passer à l'anglais
Français
Passer au français
Filtrer par Questions pêche
Régions
Type de publication
Filtrer par date

Les parties à l’Accord de Nauru discutent de la nécessité de maintenir le contrôle de l’approvisionnement en thon

06 avril 2014

Le groupe des Parties à l’Accord de Nauru (PNA) – composé de huit pays insulaires du Pacifique qui contrôlent la plus grande pêcherie du monde de thoniers senneurs et fournissent 50 % du thon listao mondial – a clôturé sa réunion annuelle sur une discussion sur la manière de contrôler l’approvisionnement en thon et donc d’accroître le rendement économique des pays.

Les acteurs clés de l’industrie thonière de la région du Pacifique ont insisté sur la nécessité pour les PNA de maintenir les limitations sur la pêche en créant une situation de rareté du thon sur le marché mondial, provoquant ainsi le renchérissement du prix de la denrée. Les cours du thon ont chuté au cours des 12 derniers mois, en partie à cause d’un excédent mais aussi en raison de l’impact de la crise économique sur certains marchés comme celui de l’UE. Toutefois, Globefish signale que le marché européen du thon en boîte semble mieux se porter cette année, comme en témoigne la hausse des importations de la communauté.

Pacifical, l’entreprise de commercialisation à l’échelle mondiale, établie par les PNA, aux fins de commercialiser le thon listao certifié par le Marine Stewardship Council, s’est tournée vers la demande croissante de distributeurs recherchant un produit issu de pratiques durables. Leur produit est mis sur le marché sous le nom de Pacifical et permet de redistribuer une part des profits aux membres des PNA.

Le Directeur exécutif, Dr Transform Aqorau, a mis l’accent sur le fait que les PNA constituent, pour les pays du Pacifique « un exercice d’autodétermination – dans le contrôle des ressources et la prise de décisions exemptes de toute influence étrangère […] les PNA ont un rôle à jouer sur le marché du poisson, dans la création de la rareté du thon et de sa valeur commerciale ».

Commentaire éditorial

Les PNA ont, sans aucun doute, été en mesure d’accroître les revenus de ses membres grâce aux droits d’accès à travers la mise en place d’un système de contingentement des jours de pêche (VDS), par le biais duquel des jours de pêche sont vendus aux flottes de thoniers senneurs opérant dans la zone économique exclusive (ZEE) des PNA. Cependant, jusqu'à ce jour, le VDS n’inclut pas de limitation sur la capacité de pêche, du fait que la « surcapacité » est considérée comment un élément déclenchant une concurrence accrue entre les flottes de pêche, prêtes à payer davantage pour des jours de pêche relativement rares. Étant donné la faiblesse des capacités des membres des PNA en matière de suivi et de contrôle des activités d’une flotte en pleine expansion, cette situation a entraîné une augmentation significative du nombre de thoniers (y compris ceux nouvellement construits) pêchant dans la zone PNA, avec, pour résultat, plus de thon sur le marché mondial. Hormis les conséquences possibles sur le long-terme sur l’état des ressources thonières de la région, il est crucial que les PNA interviennent pour limiter le nombre de navires autorisés à pêcher dans ses eaux, aux fins de « créer une situation de rareté du thon sur les marchés mondiaux. » Toutefois, des mesures à l’échelle mondiale doivent être prises pour diminuer la capacité de pêche parce qu’il est probable que la limitation du nombre de thoniers qui serait appliquée dans la région des PNA conduise au déplacement de ces derniers vers d’autres zones de pêche thonière, avec certainement des effets limités sur les volumes de thon acheminés sur les marchés internationaux.

Commenter

Termes et conditions