CTA
Petite police
Polic moyenne
Grande police
English |
Passer à l'anglais
Français
Passer au français
Filtrer par Questions agricoles
Produits de base
Régions
Type de publication
Filtrer par date

Les importations de volaille affectent les producteurs de Papouasie-Nouvelle-Guinée

09 septembre 2012

D’après un article de presse, les importations de volaille d’Australie menacent la viabilité de deux grands producteurs de volaille de Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG), à savoir Tablebirds et Zenag, qui emploient, ensemble, environ 4 000 personnes. L’article suggère qu’« un total de 100 000 poulets entiers congelés sont importés d’Australie vers la PNG chaque semaine ». D’après Stanley Leahy, directeur général de Zenag Chicken, l’entreprise « a été contrainte de réduire la production de 10 pour cent en raison d’une chute des commandes de volaille fraîche, en particulier de ses grands acheteurs réguliers », tandis que Bob Hanson, PDG de Tablebirds, affirme que son entreprise « a connu une réduction de 20 pour cent de sa production de volaille, puisque la plupart des entreprises achetant de la volaille auprès de Tablebirds ont augmenté leurs importations de volaille d’Australie ». Tablebirds a maintenant arrêté d’approvisionner des poussins d’un jour « à près d’un tiers des fermes d’élevage en sous-traitance en raison de la chute des ventes de volaille ». En effet, « une grande chaîne de supermarchés a complètement arrêté d’acheter de la volaille locale et ne vend aujourd’hui que de la volaille importée d’Australie ».

L’augmentation des importations est jugée comme étant le résultat du dumping de la volaille excédentaire pratiqué par les entreprises australiennes sur le marché de la PNG, la volaille importée étant vendue à des prix bien inférieurs à la volaille locale. Certains prétendent que « l’importation de volaille non cuite à des prix inférieurs a commencé il y a cinq à sept ans et qu’elle se poursuit malgré les craintes exprimées par le secteur et l’Association de l’industrie de la volaille de la PNG concernant les maladies et les menaces posées à l’industrie locale ».

Commentaire éditorial

D’après le Secrétariat de l’OMC, le gouvernement de la PNG applique une politique de libre-échange depuis 2000, mais au même moment, du fait de l’application de droits de douane élevés, « la PNG est presque autosuffisante en ce qui concerne le sucre, la viande de porc et le poulet ». En outre, « les importations de volaille cuite et transformée sont confrontées à des restrictions à l’octroi de licences ». Du point de vue de l’OMC, l’agriculture en PNG est caractérisée par « une faible productivité due en grande partie à une recherche et développement insuffisante, à une médiocre mise à profit des progrès technologiques et à une absence d'économies d'échelle inhérente à la petite taille des exploitations ».

Ces facteurs semblent expliquer la menace concurrentielle croissante posée par la volaille congelée australienne, malgré les niveaux élevés de protection tarifaire dont bénéficient les producteurs de volaille locaux. Le fait que ces échanges commerciaux concernent la volaille congelée plutôt que les morceaux de volaille résiduels (qui sont une source majeure de concurrence ailleurs dans les pays ACP) suggère que les défis de compétitivité sous-jacents doivent être abordés de toute urgence si l’on veut maintenir les niveaux de production actuels, à l’heure de la hausse mondiale des cours des céréales.

Lors de la récente foire commerciale Trade Pasifika 2012, cependant, des représentants du secteur privé ont exprimé leur exaspération face à l’afflux incontrôlé de produits importés bon marché découlant de l’ouverture des marchés intérieurs. La fréquence à laquelle reviennent les allégations de dumping dans les pays des îles du Pacifique laisse entrevoir la nécessité éventuelle de revoir le cadre législatif pour la gestion du processus de libéralisation des échanges, notamment au travers du renforcement des règles de concurrence et de leur application effective, afin de mobiliser les investissements privés dans les processus de modernisation nécessaires.

Commenter

Termes et conditions