CTA
Petite police
Polic moyenne
Grande police
English |
Passer à l'anglais
Français
Passer au français
Filtrer par Questions pêche
Régions
Type de publication
Filtrer par date

Les négociations commerciales internationales devraient contribuer à créer des conditions équitables, selon les conserveurs de l’UE

08 octobre 2012

La 4e Conférence mondiale des conserves de fruits de mer, tenue à Vigo (Espagne), a réuni plus de 300 représentants du secteur venus de 22 nations, y compris des pays ACP tels que le Kenya, le Cap-Vert, les Seychelles et l'Ile Maurice.

L'organisateur, ANFACO (Association espagnole de fabricants de conserves de poisson et de fruits de mer), a rappelé que le secteur de la conserverie est une industrie mondiale et que, dans ce contexte, la concurrence devrait avoir lieu sur un pied d'égalité où tous les opérateurs respectent « les normes les plus avancées » en termes de santé et d'hygiène, de pratiques de pêche respectueuses de l'environnement, de protection sociale et de conditions de travail décentes. 

Selon eux, les négociations commerciales internationales devraient contribuer à assurer une telle équité des règles du jeu. Citant l'exemple des négociations en cours avec les Philippines pour l'accès au SPG +, ils estiment qu’il est essentiel que ce pays ratifie les accords internationaux relatifs à la protection des droits des travailleurs et à l'élimination du travail des enfants, comme conditions sine qua non pour accéder à ce régime de préférences. De façon plus générale, l'industrie a demandé que le thon soit considéré comme « produit sensible », plutôt que « monnaie d'échange » dans toutes les négociations commerciales.

Par ailleurs, la ministre galicienne de la Pêche a donné une allocution de clôture faisant valoir que le travail « en collaboration avec l'industrie » est la seule voie de la réussite : « si cela avait été le cas dans des affaires antérieures, comme les négociations de l’APE avec la Mauritanie ou celles avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée, de meilleurs résultats auraient été atteints ». Cette déclaration se fait l’écho de la demande des conserveurs européens pour la mise en place, dans le cadre de la réforme de la Politique européenne de la pêche, d’un comité consultatif spécifique pour les questions de commerce et de commercialisation dans le but « d'améliorer la communication entre l'industrie et la Commission européenne ».

Commentaire éditorial

L’accession potentielle au SGP +, d'importants pays asiatiques producteurs de thon, comme les Philippines, entrainera sans aucun doute une réduction des marges de préférences des pays ACP producteurs de thon dans l'accès au marché de l'UE, intensifiant du coup la concurrence entre ces producteurs et des pays où les coûts de production sont moins élevés pour une variété de raisons, y compris des économies d'échelle, difficiles à réaliser pour les petits États insulaires ACP. Dans certains cas, il a été avancé que les normes sociales et environnementales en matière de production sont également plus faibles et, le cas échéant, il faut se féliciter de l'appel de l'industrie de la conserve à l’établissement de conditions plus équitables par la promotion de normes de durabilité sociale et environnementale de niveau plus élevé. Toutefois, les pays ACP devraient s’arroger le soutien de l'UE, afin de pouvoir satisfaire à ces normes et retrouver une partie de leur compétitivité pouvant être perdue à cause de l'érosion des préférences.

Commenter

Termes et conditions