CTA
Petite police
Polic moyenne
Grande police
English |
Passer à l'anglais
Français
Passer au français
Filtrer par Questions pêche
Régions
Type de publication
Filtrer par date

Une entreprise coréenne achetant une conserverie de thon sénégalaise pourrait bénéficier d’un libre accès sur le marché de l’UE

12 novembre 2011

Atuna rapporte que l’entreprise coréenne Dongwon envisage des acquisitions en Afrique dans le cadre d’une stratégie visant à asseoir sa présence mondiale. Pour l’heure, Dongwon est fortement axé sur l’océan Pacifique, où la plupart de ses thoniers senneurs pratiquent la pêche. Mais avec la multiplication des mesures de réduction des captures de thon dans le Pacifique, et son éloignement du marché de l’UE, Dongwon envisage de réduire sa dépendance à l’égard des marchés du thon en conserve coréen et américain et de l’océan Pacifique, en lançant des activités au Sénégal.

L’entreprise a récemment augmenté ses activités dans l’océan Atlantique avec l’acquisition de deux thoniers senneurs français. Certains éléments tendent à démontrer qu’elle assoit sa présence dans l’Atlantique, de façon à pouvoir pénétrer le marché du thon en conserve de l’UE. La conserverie Société nouvelle des conserves du Sénégal (SNCDS) pourrait jouer un rôle dans cette stratégie. La SNCDS emploie près de 1 500 personnes et est l’une des plus grandes conserveries du Sénégal. Bien qu’elle ait une capacité de 25 000 tonnes de thon par an, elle n’a atteint que 30 % de cette capacité au cours de ces dernières années. Le principal problème a pratiquement toujours été un déficit d’approvisionnement en matière première, à savoir le thon.

D’après des sources d’Intrafish, l’accord potentiel de la SNCDS est en bonne voie. En approvisionnant la conserverie SNCDS par ses navires, en donnant une impulsion financière à l’entreprise, et en lui permettant également d’acheter du thon rouge auprès d’autres grands navires, Dongwon pourrait créer une entreprise exportant du thon en conserve en franchise de droits sur le marché européen, puisque le Sénégal ne paie aucun droit de douane sur ses exportations vers l’UE, aussi longtemps que les navires respectent les règles d’origine. Lorsqu’ils auront été repavillonnés, les deux senneurs pourraient potentiellement répondre à ces critères. 

Commentaire éditorial

Les multinationales, en particulier celles des pays asiatiques, investissent de plus en plus dans des installations côtières ACP, comme celles en Papouasie-Nouvelle-Guinée ou, dans ce cas, au Sénégal, ce qui pourrait leur octroyer un accès en franchise de droits sur le marché de l’UE. Dans le cas du Sénégal, ces investissements sont plus que bienvenus, puisque les installations de conserverie locales sont sous-utilisées, mettant ainsi en péril leur viabilité économique ainsi que les emplois fournis. Toutefois, il sera important pour le Sénégal de garantir que ces investissements, qui sont conditionnés à l’octroi de licences aux senneurs de l’entreprise, ne mènent pas à une pêche non durable dans la ZEE sénégalaise et dans la région, puisque des stocks thoniers surexploités nuiraient à l’industrie des conserves de thon et aux perspectives afférentes. 

Commenter

Termes et conditions